Rencontre

Jeunesse

Jeudi 17 janvier 2019 de 20H30 à 22H30

lieu de la rencontre

Salle de conférences

Héros de la Mythologie Grecque

Les Fourmis Rouges

La soirée en compagnie de Martin Jarrie, initialement prévue le 11 décembre dernier, aura lieu jeudi 17 janvier à 20 h 30. Martin Jarrie évoquera son ouvrage Héros de la Mythologie Grecque, paru aux éditions Les Fourmis Rouges.

En partenariat avec l’association Macao et Cosmage, dans le cadre de la manifestation Martin Jarrie, Corps CouleursRencontre animée par Yves le Pestipon, professeur de lettres Classiques, et… banalyste.


La rencontre sera précédée d’une séance de dédicaces au rayon jeunesse à 18 h.

 

Comment interpréter les prouesses de Thésée, Héraclès, Œdipe, Persée, Jason et Ulysse ? Comment et pourquoi illustre-t-on aujourd’hui les textes issus de la mythologie grecque ? Dans notre « modernité », où se nichent les clins d’œil que nous adressent les mythes ?

Yves Le Pestipon, professeur de Lettres, évoquera la manière dont les éditeurs proposent des classiques (ou des mythes) illustrés, et dialoguera à ce sujet avec Martin Jarrie.

« J’ai envie que le végétal et l’anatomie humaine se mélangent, se marient, que les frontières soient floues… »

Ainsi se présente Martin Jarrie, Homme végétal, Colosse machinal, Rêveur de carte… Fortement attiré par le surréalisme, nourri d’art brut et d’art contemporain, il puise son inspiration dans les images de son enfance vendéenne. S’il revendique ses influences qui vont des primitifs italiens aux vieux catalogues Manufrance en passant par les gravures anatomiques du 18e siècle, Martin Jarrie puise également son inspiration dans l’observation méticuleuse, obstinée, de ce qui l’entoure, pour mieux s’en libérer. Peintre hyperréaliste à ses débuts, il a changé de style pour une expression plus libre et plus picturale. Il superpose des couches de couleurs, pour donner des effets de matière, comme autant de peaux, autant de sensations. Il travaille aussi le bois, les tissus découpés collés, il explore les matériaux auxquels il ajoute sa sensibilité.

Parmi ses publications, on se souviendra particulièrement de Une cuisine grande comme un jardin (Rue du Monde, 2004), L’alphabet fabuleux (Gallimard, 2007), Hyacinthe et Rose (Thierry Magnier, 2013) et Ceci est un livre (Thierry Magnier, 2016).