Lilas rouge

Lilas rouge

Reinhard Kaiser-Mühlecker

Editeur : Verdier

Collection : Der Doppelgänger

Date de parution : 04/03/2021

EAN : 9782378560942

Langue d'origine : Allemand (Autriche)

Traducteur : Le Lay, Olivier

30,50 €

Expédition sous 48 heures
Achat rapide Ajouter au panier, Expédition sous 48 heures

Résumé

Un soir à la nuit tombante, au début des années 1940, un père et sa fille arrivent dans un village de Haute-Autriche sur une carriole tirée par un cheval, avec leurs malles et leurs meubles, et s'installent dans une ferme abandonnée qui leur a été attribuée. La jeune fille traumatisée serre dans son poing un bouquet de lilas rouge.
Ferdinand Goldberger, chef de section du parti nazi, a dû fuir son village d'origine, mais ses crimes pèseront sur sa descendance. Au moment où la lignée semble devoir s'éteindre, puisque aucun des petits-enfants du patriarche n'a eu d'enfant à son tour, voici que surgit un ultime héritier, né à l'insu de tous, éduqué au loin. Comme son grand-père et son arrière-grand-père, il s'appelle Ferdinand...
Avec ce roman, Reinhard Kaiser-Mühlecker raconte dans une langue somptueuse le destin de l'Autriche rurale aux prises avec l'héritage du nazisme. La littérature de langue allemande n'avait pas produit depuis longtemps une fresque narrative d'une telle ampleur, comparables aux plus grands classiques européens. Riche en personnages inoubliables, Lilas rouge a été salué par la critique allemande comme une révélation.

Le point de vue de Nicolas

Un monde immémorial

Avec la parution du roman « Lila rouge » chez Verdier, Reinhard Kaiser-Mühlecker nous offre un roman hors du commun et un grand moment de lecture.
Tolstoï ouvre son roman Anna Karénine par cette phrase célèbre : « Toutes les familles heureuses sont plus ou moins différentes, toutes les familles malheureuses se ressemblent plus ou moins. » C’est exactement dans ce jeu de possibilité et dans l’infini de ces variations que la littérature évolue.
Lilas rouge est une grande fresque familiale qui débute dans les derniers moments de la guerre en Autriche et qui nous raconte sur quatre générations l’histoire de la famille Goldberger. Une famille de paysans taiseux, qui s’est bâtie sur un mystère, un événement fondamental volontairement oblitéré des mémoires. Depuis, une malédiction semble planer sur cette famille.
Reinhard Kaiser-Mühlecker s’attache à nous raconter les vies minuscules de cette poignée d’homme et de femmes. Au travers de cette famille, de ces fils, filles et pères c'est tout un monde qu'il déploie, qu'il recrée et il excelle à nous raconter ce monde paysan, qui vit comme dans une bulle, celle du temps long des campagnes, du passage et du retour invariable des saisons, celui des bêtes dont il faut prendre soin et des champs qu’il faut travailler sans relâche. Il décrit un monde immémorial mais qui dans la deuxième moitié du XXe siècle change à grande vitesse, devient un peu plus chaque année archaïque ; un monde qu’il faut apprendre à habiter.
Dès les premières pages nous sommes happés, invités à être les témoins privilégiés de cette histoire.
Reinhard Kaiser-Mühlecker entremêle les vies, les générations et fait du lecteur le spectateur familier de cette histoire.

> Voir toutes les notes de lecture