Sélectionnez un rayon

Sélectionnez un libraire

La maison des tocards

Kim

Immersion au placard Voilà quelques passionnantes aventures chez les ratés des services secrets, ceux qu'on appelle les tocards, qui n'ont plus le droit qu'à la paperasse administrative parce qu'ils ont commis des impairs. C'est drôle, terriblement anglais et palpitant. Les portraits des agents sont si bien brossés qu'on a déjà envie de les retrouver dans le suivant, "Les Lions sont morts". Il y a de l'action et du rebondissements contrastés par une écriture délicate. Une gourmandise qui nous ravit sitôt l'entame !

9,00 €

Ajouter à la liste Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Lotto girl

Marlène

À qui le tour ? Et si les riches pouvaient choisir les qualités de leurs enfants ? Et si on laissait quelques « pauvres » accéder à ce luxe ? Si certains choisissent, on se doute que d'autres subissent. Georgia Blain nous embarque dans ce monde futuriste, mais est-il si futuriste que cela ? L'auteur parvient à nous faire douter de tout et de tous. Et ce jusqu'aux dernières pages !

16,00 €

Ajouter à la liste Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Les enfants jéromine

Adrien

« J'ai toujours pensé que les livres sont des armes et des baumes... » Ernst Wiechert a reçu une certaine audience dans l'Allemagne de l'entre-deux guerres. Il fut l'une des figures de la résistance passive au nazisme. Son humanisme chrétien, marqué par l'Ancien Testament et proche des humbles et de la terre, gênait le régime. Il fut menacé, bientôt interné dans un camp, relâché, mais sans cesse surveillé et condamné au silence sous peine de mort. Ces caractéristiques se retrouvent dans "Les Enfants Jéromine". Dans ce roman de formation dont l'action se déroule du début du XXième siècle à la veille de la seconde guerre mondiale, nous suivons le destin des sept enfants Jeromine et plus particulièrement celui de Jons qui dans sa soif de justice et de vérité deviendra médecin dans son petit village perdu de Sowirog, aux confins de la Prusse orientale. Il serait déjà heureux et réconfortant qu'un tel roman existe, non seulement pour la beauté et le lyrisme de son écriture qui fait écho à la terre et aux cieux de Mazurie, mais aussi pour la force et la dignité morale qui émanent de ses personnages principaux face aux épreuves de l'existence et face à la montée inexorable et terrifiante du nazisme. Mais il est encore quelque chose de plus touchant à songer que l'Histoire a balayé cette contrée et ses hommes, que la Prusse orientale n'existe plus, que ses habitants ont dû définitivement la quitter mais qu'aujourd'hui encore "Les Enfants Jéromine" soit lu et apprécié en Pologne où se trouve désormais le village de Sowirog. Et l'on voit que l'art de l'écrivain est puissant et doux qui n'a pas de frontières et permet de garder mémoire de ce qui a irrémédiablement disparu.

9,90 €

Ajouter à la liste Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
De l'engagement dans une époque obscure

Suzanne

L'engagement dans les plis S'engager, oui. Mais comment s'y prendre ? Comment contrer d'abord notre sentiment d'impuissance quand celui-ci serait moins l'héritage d'un passé personnel que l'effet parfois néfaste d'une société qui nous traverse ? Angélique del Rey et Miguel Benasayag interrogent d'abord l'image de cet individu prêt à se battre pour des chaînes comme s'il s'agissait de sa liberté. Cherchant à redonner à ce sujet là une « puissance d'agir » pour le réinscrire dans un monde hors-pouvoir, dans son monde, ils nous parlent de territoires partagés (sociaux, historiques, culturels, environnementaux, et autres) qui nous sont aussi intimes, constitutifs, dont nous serions, pour reprendre une image chère à Gilles Deleuze, les « plis ». En renouant avec ces territoires qui l'habitent, en se dépliant, l'individu s'intègre dans un système organique où la diversité tient place. Les singularités s'y harmonisent sans s'effacer, font lien, dialoguent, se répondent, jusqu'à tolérer le conflit comme tension unificatrice. Par un engagement en recherche, autrement-dit toujours inaccompli, nos deux auteurs rêvent d'un contre-pouvoir dé-statufié, mais non destitué, multiple et mouvant, scène d'action vivante pour un sujet par trop isolé et anesthésié.

6,00 €

Ajouter à la liste Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
La ligne d'ombre ; une confession

Thomas

Une exploration. « La ligne d'ombre » (1917) est un récit très proche de la réalité du premier et unique commandement de Joseph Conrad en 1888, à trente et un an, à bord de l'Otago. Quel sens donner à ce titre? Dans la préface de l’édition folio, Alain Jaubert s'interroge, «  une frontière ? Une substance, une forme, une fonction, une réalité tangible ? ». Entre l'horizon, les méridiens, les latitudes, on devine le milieu maritime rempli de lignes, mais ce ne sont peut-être pas à celles-ci que Joseph Conrad fait allusion, plutôt à un seuil intérieur qui ouvrirait l’accès aux rêves. Qualifié par Conrad de Confession, ce livre pourrait se lire comme la rêverie d'un homme vers l'exploration de son imaginaire. Et cette recherche s’écrit dans le calme de la phrase de Conrad, dans les intuitions inquiètes qu'elle dévoile, dans des visions mystérieuses de l’océan, extraordinairement écrit et vécu.

5,90 €

Ajouter à la liste Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Une si jolie petite guerre

Ingrid

Mémoire d’enfant Marcelino Truong est né de père vietnamien et de mère française ; durant quelques années, avec ses parents et frère et sœur, ils vont vivre à Saigon. Mais c’est en pleine période de guerre, entre 1961 et 1963. Entre un père absent car directeur de l’agence Vietnam Press et traducteur pour le gouvernement, et une mère fortement dépressive, les enfants tentent de vivre. Dans le récit très intime de Marcelino Truong l’insouciance côtoie les bombardements et la fraternité de l’enfance dépasse la maladie. Mais la guerre et ses incompréhensions sont bien là. Des années plus tard l’auteur-dessinateur mêle ses propres souvenirs à des recherches historiques, à quelques voyages au pays, et à la douleur silencieuse de son père. « Une si jolie petite guerre » est donc une bande dessinée historique et un récit personnel très pudique sur des évènements sans doute encore tabous dans des familles meurtries.

24,90 €

Ajouter à la liste Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h