Sélectionnez un rayon

Sélectionnez un libraire

Ingrid

Ingrid

Une enfance avec Christian Bruel et le Sourire qui mord ; une adolescence dans Page Blanche chez Gallimard ; une certaine idée du catalogue grâce aux publications de l’Oeil de la lettre ; puis des rencontres fondatrices à Rouen, Vienne, Cahors, Toulouse…

22 ans de librairie dont 17 à Ombres Blanches, en compagnie de Ponti, Ungerer, Mourlevat, Pef, Roca, Desplechin, puis de Google, Facebook et la page virtuelle, jusqu’à Bourdieu, Winnicott, Crawford, Le Breton… Et puis quoi encore ?

Une si jolie petite guerre

Ingrid

Mémoire d’enfant Marcelino Truong est né de père vietnamien et de mère française ; durant quelques années, avec ses parents et frère et sœur, ils vont vivre à Saigon. Mais c’est en pleine période de guerre, entre 1961 et 1963. Entre un père absent car directeur de l’agence Vietnam Press et traducteur pour le gouvernement, et une mère fortement dépressive, les enfants tentent de vivre. Dans le récit très intime de Marcelino Truong l’insouciance côtoie les bombardements et la fraternité de l’enfance dépasse la maladie. Mais la guerre et ses incompréhensions sont bien là. Des années plus tard l’auteur-dessinateur mêle ses propres souvenirs à des recherches historiques, à quelques voyages au pays, et à la douleur silencieuse de son père. « Une si jolie petite guerre » est donc une bande dessinée historique et un récit personnel très pudique sur des évènements sans doute encore tabous dans des familles meurtries.

24,90 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
10 jours dans un asile

Ingrid

La folie en immersion Nelly Bly est une jeune journaliste de 23 ans lorsque le New York World (propriété de Jospeh Pulitzer !) lui demande un reportage sur l’asile de femmes de New York. Le seul moyen pour elle de savoir ce qui s’y passe et d’en apprendre plus sur les malades est d’y entrer, y faire un séjour. Ce qu’elle y découvre, parfois la peur au ventre, est terrifiant. Son témoignage éclaire les maltraitances, les enfermements arbitraires, les traitements violents d’une lumière crue ; mais dit aussi beaucoup de la condition des femmes à l’époque. Le don de Nelly Bly est de nous ramener à l’humanité de ces malades, qui parfois ne l’étaient pas ou pas du diagnostic posé ; son article eut un grand retentissement et a obligé la ville de New York à allouer un budget digne de ce nom pour améliorer les conditions d’internement mais aussi de travail des soignants et accompagnants. Elle a ensuite exercé son métier de journaliste avec la même passion, quel que soit le sujet, dénonçant ce qui devait l’être.

6,10 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Le sel de la vie

Ingrid

À offrir ! Étonnant est le premier mot qui me vient à l’esprit après la lecture du « Sel de la vie » de Françoise Héritier, un livre loin de son travail habituel d’anthropologue et d’ethnologue. Il porte bien son titre, il est au plus proche de la simplicité du propos. Finalement qu’est-ce qui nous anime, nous tient, nous porte, nous émeut, nous éblouit, nous attriste…tout ce qu’elle nomme ici. Sous forme, étonnante de liste, elle parvient à nous rappeler tout ce qui fait le sel de la vie mais que nous oublions trop facilement. Et ce rappel ne fait pas de mal. Un petit livre qui nous emporte dans une lecture facile et simple, à offrir avec autant de légèreté qu’à sa lecture.

9,90 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Utopies réalistes

Ingrid

Soyons réalistes, soyons utopistes Une fois n’est pas coutume, commencez par lire la conclusion ; elle vous donnera envie de lire ce livre avec toute l’attention nécessaire, mais surtout avec curiosité. « Utopies réalistes » ne porte pas les recettes d’un optimisme béat, il soutient, preuves et démonstrations à l’appui, que tout est encore possible. Que de nombreuses expériences positives ont été tuées dans l’œuf parce qu’allant à l’encontre des intérêts supérieurs de l’ultra-libéralisme, certains exemples sont la marque d’une bêtise humaine sans limite. Aucune recette magique, mais une lecture positive, avec de nombreuses sources qui doivent nous rappeler qu’ailleurs, dans d’autres pays, en d’autres temps, des hommes et des femmes ont cherché à éradiquer la pauvreté, à abolir les frontières, à diminuer le temps de travail, à instaurer le revenu universel… Ne soyons pas naïfs, commençons par retrouver l’envie de l’utopie.

20,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 3 à 8 jours
Livraison sous 3 à 8 jours
Sidérer, considérer ; migrants en france, 2017

Ingrid

Lire, agir Lire le court texte percutant de Marielle Macé devrait, pourrait nous amener à agir. L’intelligence et la force de l’auteur sont de nous faire prendre conscience que seule une réappropriation humaniste des termes de l’hospitalité peuvent détruire les frontières artificielles et violentes que nous construisons autour des migrants, celles et ceux que nous ne voulons pas voir, dont nous voulons pas considérer l’existence même. Son analyse sémantique d’un drame politique porte un mouvement qui nécessite d’être à l’écoute, donc de considérer l’autre. Comment en sommes-nous arrivés à cette faculté de déshumanisation ? Allons-nous rester longtemps sidérés, simplement ? « Sidérer, considérer » : à lire, relire, prêter, offrir, conseiller, et plus si possible.

6,50 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Les enfants d'achille et de nike ; éloge de la course à pied ordinaire

Ingrid

Courir autour du globe Que représente la course à pied ? Ce qu’on en voit aujourd’hui se résume-t-il à un miroir de notre société hyper-consommatrice, connectée et individualiste ? D’où vient cette idée de courir : saugrenue pour certains, véritable drogue pour d’autres ? Dans son essai, Martine Segalen, directrice du Centre d’ethnologie française du CNRS, revient sur le rôle de la course depuis les premiers hommes et aux quatre coins du monde : communiquer sur de grands territoires, apporter provisions et nouvelles, activité initiatrice… Nous apprenons ainsi que des ethnies considèrent la course comme une activité inutile voire contre-productive. Elle a aussi un rôle cérémoniel fortement symbolique pour de nombreuses ethnies ; chez les Hopi, les Dogons, les Navaho. Pour étayer son propos l’ethnologue mêle les disciplines d’études : économie, consommation, sociologie, symbolique, histoire. Il ne s’agit pas d’une histoire de la course mais bien d’une porte d’entrée dans un monde que l'on considère souvent de loin. Un sujet passionnant et une écriture foisonnante de détails, d’anecdotes, de réflexions philosophiques et anthropologiques. A noter que cette édition est la seconde, la première étant sorti en 1994.

19,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h