Sélectionnez un rayon

Sélectionnez un libraire

Myriam

Myriam

Libraire depuis 12 ans au rayon Lettres classiques, dit rayon des Antiquités ou des Humanités, dit (moins prosaïquement) rayon des auteurs qui sont morts depuis longtemps... Adoratrice  des êtres et des choses inanimés depuis belle lurette, j'ai donc pour charge de les faire revivre, et croyez-moi, ce n'est pas une mince affaire !! 

J'aime les champs de fleurs (cf Virgile), les champs de bataille (cf César) les oiseaux et les guêpes (cf Aristophane), les conquérants (cf Alexandre) et les vieilles pierres (toutes). Sinon, j'aime aussi les gens encore vivants : des écrivains (beaucoup), des historiens (souvent), mes collègues  (tous),  Arthur (mon fils...pas le poète),  et bien entendu : vous (chers lecteurs) !

L'invention de nithard

Myriam

Rendre à Nithard ce qui lui appartient Au IXe siècle, les petits fils de Charlemagne se disputent son empire. En 842, deux d’entre eux, Charles le Chauve et Louis le Germanique signent un traité d’alliance contre leur frère aîné Lothaire Ier. Cet accord, plus connu sous le nom des « serments » de Strasbourg est prêté en deux langues, français (langue romane) et germanique (langue tudesque), et marque la naissance du français écrit. Nithard est un laïc, petit fils de Charlemagne et compagnon de Charles le Chauve dont il est le cousin et qui le charge d’écrire une chronique de son temps (« Histoire des fils de Louis le Pieux »). Les serments nous sont transmis par le biais de cette chronique par une transcription littérale et Nithard devient le promoteur de la langue française, le premier a attester par écrit de l’utilisation de la langue française (proto français) dans un document politique. La preuve n’est plus à faire que sans la chronique de Nithard, ces serments seraient probablement perdus, et la valeur linguistique de ces documents n’est plus à faire non plus. Mais Bernard Cerquiglini voudrait rendre à Nithard la valeur littéraire de sa chronique dans laquelle la citation littérale des serments était partie prenante de son énoncé. Ainsi non seulement Nithard fut le « pionnier du français mais aussi son promoteur littéraire ». Un essai linguistique sous forme d’enquête. Bernard Cerquiglini nous emmène dans l’univers des carolingiens du IXe siècle qui voit la naissance de la langue française et peut-être, aussi, celle son premier écrivain ?

15,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Décadence fin de siècle

Myriam

Qu’est ce que la décadence fin de siècle ? L’idée de décadence est commune à bien des périodes historiques mais dans le cas de la France du XIXe siècle, elle résulte d’ une redistribution du jeu politique qui voit la République triompher de l’ordre ancien. La République laïque fait voler en éclats les structures de la société, la révolution industrielle restructure le monde du travail qui voit l’émergence de nouvelles classes laborieuses et les progrès de la Science rendent les croyances traditionnelles désuètes, la Religion doit faire face à ses propres incohérences. Autant de changements qui contribuent à ce que la France s’éloigne de plus en plus d’un Ancien Régime déjà bien éprouvé par la Révolution. Un ordre nouveau se met en place et, paradoxalement ces changements s’accompagnent d’un pessimisme ambiant relayé par les écrivains et les artistes de la fin du XIXe siècle. Ils sont les témoins directs et partiels de la hantise qui envahit les esprits, avec l’intime conviction que leur monde est en train de s’effondrer, d’entrer en «  décadence  ». Michel Winock dresse ici les portraits d'écrivains qui ont marqué cette période. Bloy, Huysmans, Barbey d’Aurévilly, Péladan et bien d’autres ont utilisé leur plume pour dénigrer leur époque . Cependant, ils ont produit une littérature féconde qui a participé au renouvellement littéraire et artistique de la France à la charnière du XXe siècle.

23,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
L'homme semence

Myriam

Femmes isolées 1852, un village des Basses- Alpes est privé de tous ses hommes par la répression qui suit le soulèvement républicain de 1851 contre le coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte. Ce récit raconte comment les femmes de ce village, après un isolement de deux ans, font le serment que si un homme vient, il sera leur mari commun afin que la vie perdure dans le ventre de chacune ; un homme-semence. Un texte fort à ne pas manquer, qui nous rappelle la force créatrice d’une communauté lorsqu’elle est aux abois.

8,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Stendhal

Myriam

Leçon de littérature Ceci n'est pas une biographie...Plusieurs fois par semaine di Lampedusa prononçait des « leçons » consacrés à la littérature, celle sur Stendhal est certainement l'une des plus abouties sur la littérature française. Certainement parce qu'il admirait par-dessus tout cet auteur, il le présente comme le chantre des émotions, le génie des sensations dont l’écriture romanesque propulse le lecteur au plus prés des intrigues. A n’en pas douter, après la lecture de cette courte leçon, vous verrez l’oeuvre stendhalienne d’un autre oeil.

6,50 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Derniers messages

Myriam

Zweig magistral Une fois encore les quelques textes et discours rassemblés ici, et écrits durant les dernières années de sa vie, nous rappellent avec quel talent l'écrivain autrichien analyse son époque ; tour à tour penseur, historien, biographe, critique, esthète, il nous livre des lignes intemporelles, avec une mention particulière pour les conférences sur Vienne et son rayonnement européen. Zweig, en même temps qu'il décompose, analyse et scrute ses contemporains et ses aînés, nous livre le meilleur de lui-même dans une prose magistrale.

9,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Les soupirs de cyprien morus

Myriam

Un peintre écrivain Premier roman du peintre suisse qui présente une famille de nouveaux riches dans la société parisienne de la fin du XIXème siècle. Une farce grinçante qui tourne en ridicule la quête illusoire de reconnaissance sociale du héros, Cyprien Morus, et de sa famille. Leurs déboires suscitent moins la compassion du lecteur que sa moquerie tant les situations indélicates dans lesquelles les protagonistes se placent sont cocasses. Vallotton dresse également un tableau au vitriol des rouages de la société française et égratigne au passage le monde des Arts, de la politique, de l’Armée, et de l ‘Administration française.

12,90 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h