L'épouvantail

L'épouvantail

Morrieson Ronald Hug

Editeur : Rivages

Collection : Rivages Noir

Date de parution : 06/09/2006

EAN : 9782743615758 Nombre de pages : 285 pages

8,65 €

Expédition sous 3 jours
Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 3 jours

Résumé

" C'est au cours de la même semaine que nos poules furent volées et que Daphné Moran eut la gorge tranchée. " Ainsi commence " le chapitre le plus sombre de l'histoire de Klynham. Dans la Nouvelle-Zélande des années trente, loin de la capitale, cette petite ville où il ne se passe pas grand-chose paraît somnoler au rythme de jours paisibles. C'est tout juste si la police s'intéresse aux voleurs de poules. Jusqu'à l'arrivée de l'Epouvantail - un géant, un magicien, qui se lie bientôt avec le croque-mort, alcoolique et libidineux, et son inséparable comparse, fainéant notoire. Pour le narrateur, Neddy, quatorze ans, qui adore les films d'aventure, cet étranger est fascinant, presque autant que les jambes de sa voisine lorsqu'elle passe devant chez lui à bicyclette. Quant à l'Epouvantail, il s'intéresse - et il n'est pas le seul- à la soeur de Neddy, Prudence, " la plus jolie fille de Klynham ", tandis que les vols de poules sont bientôt éclipsés par des affaires plus graves : morts suspectes, disparitions, incendies, viols et assassinats.
Entre la chronique et le roman noir, L'Epouvantail a le charme envoûtant et vénéneux de La nuit du chasseur.
En 1972, Ronald Hugh Morrieson confiait non sans amertume à son ami écrivain Maurice Shadbolt : " J'espère ne pas être l'un de ces pauvres bougres que l'on découvre après leur mort. " Dans son cas, la formule se révéla étrangement prémonitoire, car si son premier livre fut très facilement publié en Australie, jamais il ne fut prophète en son pays et ce n'est qu'après sa mort que parurent ses nouvelles et ses deux derniers romans. Le cinéma le " redécouvrit " également puisque trois de ses oeuvres furent adaptées, dont L'Epouvantail avec John Carradine.
Morrieson est né en 1922 dans la petite ville de Hawera où il a passé l'essentiel de sa vie. Fils unique, il perd son père alors qu'il n'a que six ans et sera dès lors choyé par sa mère chez qui il habitera jusqu'à ce qu'elle décède à son tour. Musicien, il gagne sa vie en donnant des leçons et en jouant dans des bals. Ses contemporains le décrivent comme un charmeur et un conteur irrésistible. L'énigme que pose le destin littéraire de Morrieson, selon Maurice Shadbolt, c'est qu'un ermite qui ne quitta presque jamais sa ville natale se soit mis à écrire avec ce talent, et " qu'une vision d'une telle dimension comique, aussi exubérante et excentrique soit sortie de cette maison biscornue pleine de recoins obscurs à l'angle de Regent Street. ".