Le pouvoir du sport

Le pouvoir du sport

Marie-Cecile Naves & Julian Jappert

Editeur : Fyp

Collection : Presence

Date de parution : 07/07/2017

EAN : 9782364051430 Nombre de pages : 192 pages

18,00 €

Expédition sous 3 jours
Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 3 jours

Résumé

Pourquoi faire du sport?? L'accessibilité au sport est-elle la même pour tous?? Quelles influences cette activité a-t-elle sur la société?? Que représente l'économie du sport aujourd'hui?? Peut-on concilier «?développement durable?» et «?équipements sportifs des JO, coupes de monde, etc.?»?? Le dopage et la corruption sont-ils inéluctables?? Le monde du sport est-il autonome ou sous l'influence des pouvoirs??

Les enjeux du sport demeurent largement sous-estimés dans notre pays par la plupart des responsables politiques, des leaders économiques, des médias et des dirigeants sportifs eux-mêmes.

Dans «?Le pouvoir du sport?», Marie-Cécile Naves et Julian Jappert explorent tous les versants du sport. Ils montrent qu'il est tantôt paré de toutes les vertus, tantôt accusé de tous les maux, considéré comme trivial et secondaire. Il serait un facteur d'intégration et de vivre-ensemble, mais signifierait aussi le règne de l'argent-roi, de la corruption, du dopage. Tout ou rien. Ange ou démon. Comment expliquer ces deux visages antagonistes et incompatibles, et comment dépasser cette situation??

- Les auteurs passent au crible les «?valeurs supposées?» du sport, son économie et ses dérives : le bénéfice santé de l'exercice physique, le rôle du sport et du spectacle sportif dans l'organisation sociale, l'émancipation et la cohésion sociale, le sport au travail, la marchandisation des sportifs, les dessous de l'organisation des événements sportifs, le dopage, la corruption, le communautarisme, la place des femmes, l'utilisation du sport comme levier diplomatique, etc.

- Ils décryptent les statuts et les modes de fonctionnement opaques des organisations sportives et leurs relations d'interdépendance (UEFA, FIFA, CIO, etc.). Ils en expliquent les formes juridiques et les financements.

- Ils mettent en évidence, entre autres, comment les grandes manifestations sportives ou les grands clubs, notamment de football, sont devenus un moyen de lobbying et un outil emblématique pour les pays souhaitant se positionner ou confirmer leur rang sur la scène internationale ou régionale. À travers l'organisation de compétitions majeures ou par leur investissement financier massif dans les disciplines sportives les plus populaires - le Qatar (Qatar 2022, PSG, beIN Sports, Open de tennis de Doha, Tour du Qatar), la Chine (JO 2008, Pékin 2022), la Russie (Grand prix de F1, Sotchi 2014, Coupe du monde 2018), Abou Dabi (Grand Prix de F1, Manchester City FC), etc., essayent de se rendre incontournables.