Le ghetto de Wilno, 1941-1944

Le ghetto de Wilno, 1941-1944

Avrom Sutzkver

Editeur : Tallandier

Collection : Texto

Date de parution : 03/04/2014

EAN : 9791021004801 Nombre de pages : 400 pages

11,00 €

Expédition sous 48 heures
Achat rapide Ajouter au panier, Expédition sous 48 heures

Résumé

Témoignage capital, entré dans l'histoire lors du procès de Nuremberg, le récit d'Avrom Sutzkever décrit l'horreur et la mort qui régnèrent dans le ghetto de Wilno (Vilnius, capitale actuelle de la Lituanie), alors que les habitants tentaient de préserver une vie culturelle, ultime rempart à la barbarie, et de protéger les trésors artistiques de la « Jérusalem de Lituanie ».
En juin 1941, Wilno comptait 220 000 habitants dont 40 % de Juifs, 30 % de Polonais et 25 % de Lituaniens. L'occupation allemande, commencée le 23 juin 1941, prit fin le 13 juillet 1944. Dans la vieille ville, le ghetto de Wilno fut séparé en deux. La liquidation du plus petit dura jusqu'en octobre 1941 et vit plusieurs dizaines de milliers de Juifs être fusillés dans la forêt de Poneriai. Le deuxième ghetto perdura jusqu'en1943. Les Juifs restants furent déportés dans des camps de concentration. De l'arrivée des Allemands en 1941 à la liquidation du ghetto en 1943, l'auteur nous livre le récit hallucinant d'un témoin qui entend garder le recul d'un observateur neutre. La mise en place des ghettos, avec l'aide des « captureurs », Lituaniens chasseurs de Juifs par intérêt et antisémitisme, n'est que le préambule du massacre des Juifs, par le biais d'une série de mesures telles que des rafles, des sélections, la mise en place de cartes de circulation constamment modifiées et de transferts d'un ghetto à l'autre.
Dans cette horreur organisée, la population juive tente de sauvegarder ses écoles, de faire vivre le théâtre, la musique, les livres par des initiatives multiples. Lorsque même cette vie intellectuelle est menacée de destruction, les habitants du ghetto se battirent afin de sauvegarder ce qui pouvait l'être.