Sélectionnez un rayon

Sélectionnez un libraire

La marche du cavalier

Françoise

Comment les femmes écrivains pensent le monde Juste pour vous donne envie de vous précipiter sur cette étude intelligente et salutaire, une citation : « Comment avons nous fait pour effacer de nos mémoires, de notre tradition littéraire ces artistes qu'évoquait Mona Ozouf dans Les mots des femmes - teigneuses ou conciliantes, obstinées ou distraites, tendres ou despotes, mais qui toutes se consacraient à l'analyse des sentiments humains-et à polir leur expression ? Pourquoi avons nous perdu la trace de ces filles de Montaigne et Rousseau […] » De Karen Blixen à Virginia Woolf, Geneviève Brisac nous invite à aller regarder de plus près la manière dont ces femmes écrivains observent le monde, leur place qu'elles y trouvent peut-être, et nous le racontent.

5,70 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Ithaque, enfin ; essais sur l'odyssée et la philosophie de l'imagination

Adrien

Avec Homère pour guide Comme Platon, Porphyre, Simone Weil et bien d'autres avant lui, Paolo Spinicci, philosophe italien spécialisé dans l'étude de l'imagination, pense, dans les trois courts essais qui composent son ouvrage, « à la suite d'Homère ». Tous trois, s'ils étudient chacun un thème différent de l'Odyssée (le premier portant sur le souvenir et l'oubli, le deuxième sur le cyclope Polyphème et le troisième sur la mer et ses chemins), se répondent et se rejoignent en un même motif qui verrait Homère distinguer, d'un côté, un temps cyclique, infiniment se répétant et facteur d'oubli, un temps de la nature et des éléments, des monstres et des dieux et, de l'autre, un temps orienté et fini, un temps de l'homme configuré par le souvenir et le récit grâce auxquels il tisse sa trame ou bien trace sa voie à travers l'infini des routes possibles de la mer. Et l'on voit que cette lecture de l'Odyssée nous invite à nous embarquer nous-mêmes sur la grande mer couleur lie vin de la vie, et, s'il faut, face aux monstres et face aux dieux, et même parfois face aux hommes, faire mine d'être personne, il faut aussi veiller à ne pas oublier de leur rappeler d'où l'on vient et qui nous sommes. C'est ce qu'a fait Ulysse à de multiples reprises : bien sûr avec Polyphème, lorsqu'il lui hurle sa véritable identité après lui avoir dit qu'il était Personne, mais aussi avec Circé et Calypso, dont le séjour auprès d'elles correspond à des phases d'oubli de soi d'Ulysse et même avec les Phéaciens et même chez lui, Ulysse arrive masqué et ce ne sera qu'à travers le récit de ses aventures chez les Phéaciens ou le souvenir de la fabrication de leur lit nuptial avec Pénélope que le héros aux mille ruses pourra poursuivre sa route et véritablement rentrer chez lui. Merci donc à Paolo Spinicci de nous rappeler que Homère, que les poètes sont en avant et que leur écoute nous aide à frayer, chacun à sa manière, nos propres routes.

13,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
L'autre george ; à la rencontre de george eliot

Françoise

A la rencontre de George Eliot Un hommage lumineux et argumenté à George Eliot, écrivaine anglaise peu connue en France, hélas, et qui (comme son homologue française George Sand) a choisi de prendre un prénom masculin pour que ses textes soient vraiment reconnus pour leur valeur littéraire. Mona Ozouf raconte les rencontres épisodiques, qui tout au long de sa vie lui ont fait fréquenter cette romancière. Elle évoque ses héroïnes, son féminisme et son courage dans une société victorienne aux mœurs et à l'esprit étriqués. Elle établit un parallèle avec le parcours de George Sand. Mona Ozouf ne nous donne pas ici une biographie au sens habituel, elle nous propose un voyage buissonnier dans les romans de George Eliot, et on peut compter sur la passion et la rigueur de l'auteur pour que ce voyage nous donne envie de lire ou relire les textes dont elle parle.

20,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
L'île au trésor

Nicolas

 L'île au trésor, c'est l'enfance retrouvée ! Stevenson est pour moi un écrivain fondamental, sans doute parce qu'il fait partie de ce cercle restreint d'auteurs qui m'accompagne depuis l'adolescence et sur lesquels je reviens sans cesse. C'est un écrivain pour tous les ages de la vie, parce que son œuvre est une nourriture et une respiration. On en a jamais terminé avec des écrivains comme ça ! Il y a le romancier du cauchemar, presque gothique dans « Le cas étrange du Docteur Jekyll et de Mister Hyde », celui de l'émerveillement du monde dans « Le voyage avec un âne dans les Cévennes », celui – le plus fameux – qui nourrit notre soif d'aventures (avec « Le maître de Ballantrae » ou « Les nouvelles mille et une nuits ») et puis il y a « L'île au trésor », qui est un monument, un chef d'œuvre. Stevenson s'y révèle comme dans le reste de ses livres : un grand maître de la narration, mais il y a plus que cela. Le tour de force qu'il réalise dans « L'île au trésor », n'est pas tant de mettre en place la canon du « roman de piraterie », ni d'inventer cette histoire géniale en tout point qui ne cesse de nous émerveiller. Non, le coup de génie, ce qui nous saute aux yeux quand on relit ce roman, c'est qu'il est parvenu à remettre le lecteur en « état d'enfance ». De la même manière que Jim Hawkins (le narrateur) à l'air d'être à nouveau un enfant quand il entreprend de nous raconter ses aventures, le lecteur est totalement embarqué avec lui.

19,90 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Jacqui

Kim

Taxi killer Jacqui c'est un peu le C'est arrivé près de chez vous moins belge, un peu plus cockney. L'incipit délicieusement inconvenant qui livre une méthode scrupuleuse pour se débarrasser d'un corps donne le ton et n'est pas sans rappeler Benoît Poelvoorde et son sordide cocktail « Petit Grégory ». Le narrateur, d'une bêtise crasse, raisonne et agit en suivant une logique bien personnelle qu'il tente de faire accepter au lecteur comme une norme. C'est irrévérencieux et à mourir de rire, cet anti-héros dont les dires et les actes confinent à l'absurde fait de « Jacqui » un roman sinistrement fendard et rappelle que la littérature noire excelle aussi quand elle est immorale. Et pour ne rien gâcher, l'auteur Peter Loughran fait l'objet du même mystère qui a longtemps entouré le romancier Trevanian : on ne sait pas vraiment qui il est, ni même s'il est encore vivant, on lui prête volontiers des carrières de marin, de docker, de garde du corps comme l'indiquent dans la préface les éditeurs français de Tusitala (dont il faut, en passant, saluer les qualités d'archéologues dont ils ont preuve dans leur excellent travail d'édition, réédition et de défrichage).

20,00 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h
Swimming pool

Marielle

Tout perdre C’est l’histoire d’une fille qui a perdu tout son monde pour une nouvelle vie loin de tous repères. C’est l’histoire de Kasienka, de son départ de la Pologne pour l’Angleterre pour retrouver un père disparu. C’est l’histoire d’une relation mère fille compliquée. C’est l’histoire d’un harcèlement au collège, de hyènes prêtes à tout pour faire souffrir gratuitement. C’est une histoire d’amitié. C’est une histoire d’amour. Une magnifique histoire d’amour !

14,90 €

Achat rapide Ajouter au panier, livraison sous 48h
Livraison sous 48h